Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La patience et la rage

La patience et la rage

Menu
Mingus Mingus Mingus Mingus Mingus

Mingus Mingus Mingus Mingus Mingus

Texte publié dans le numéro 7 de la revue Cancer! (décembre 2002) sous le titre "Mingus !". Mais le titre que je voulais était bien "Mingus" cinq fois de suite, en référence à un album de l'artiste. Cependant, l'inspiration pour ce texte -écrit d'une traite- m'était venue brusquement en découvrant un autre album, The Black Saint and the Sinner Lady.
NB : L'âge où j'ai écrit ce texte (21 ans) en excuse un peu les faiblesses ; je n'y ai apporté que quelques corrections mineures. 

Mingus Mingus Mingus Mingus Mingus

Oui, il est gros... Lui et sa contrebase sont un obèse, la bête à deux dos !... ou s'il a soudain, Mingus, la légéreté d'une plume, il caresse sa tendre compagne, oui Mingus, et pince ses cordes, squelettiques créatures, pantins gruéliques articulés de force - articulé comme un cri : hollerin' and screamin' the blues ! 

Il aime à être corpulent, à être ample, large, à emplir un important volume d'air, à faire démonstration de sa taille, de son corps !... et l'orchestre est une forge qu'attise ce soufflet. Il est plein, énorme même ! Ou fragile mot du blues, ou comptine de Jelly-Roll Morton. Les racines ont poussé. 

Et sa contrebasse ! Il fait corps avec elle ; ils se parlent par intenses vibrations, ils entrent en résonance : nerfs en corde vibrent, en plein accord. Lui-même le dit de sa caverneuse : 
« Écoutez cette histoire. Ah hum... je suis le dernier des mammouths. Oui, je suis un baril de poudre : à gare à l'explosion !... Je vais vous dire : je suis Barbe-Bleue... Barbe-Bleue et Stentor, Gargantua et Matamore ! Je suis l'Hénaurme-tontimorouménos !

« Des tonneaux de musique me sortent des oreilles, des orchestres fermentent dans ma poitrine, mon ventre est un chaudron pour cuire des tonnes de symphonies !... Je vous préviens : avec ma contrebasse, je vais projeter des déflagrations de peur et d'étonnement insoupçonnés de par le monde ! Les gens apprendront qu'il est indécent de ne pas pleurer d'admiration quand je joue !... Oui, je roule comme roulent des nuages de plomb ; bombes à neutres, bombes de grêlons !... BROM ! Trois ou quatre ombres de blues ; orages d'accords, moussons de mélodies, partitions à verses, vaches d'Augias qui pissent ! Je suis doux cajoleur, j'étreins mon instrument comme une pécheresse : orange était la couleur de sa robe, et puis le bleu soie de sa culotte. J'ai la crasse, la laideur et la beauté à fleur de peau !... Et je beugle, je grogne, je souffre et je respire, je sens le soufre et j'expire ; j'explose et je me concentre, clown et rhinocéros - corrida ! ; je frappe les notes, rafale à 88 balles ! et je brise ce piano !... Ellington, prends garde à toi : je suis le pirate, le mutin à bord de ton yacht de rêve ! Fanfare et carnaval, feux grégeois ! 

« Sorcier et mage, j'ouvre la scène du mystère ; la sotie débute ; je suis Noir, je suis Espagnol, je suis Haïtien, empereur aztèque ou baron mexicain, conquistador ou Indien ; je suis Araucan échappé de l'Eldorado : pithecanthropus erectus ! Je fulmine, je renifle, mufle ! Je suis noir, suie, soie de porc ! Je geins, je râle, je me recroqueville et je rue dans les brancards ! J'allume les feux de la Saint-Jean, j'enflamme la poudre qui tapisse la salle et BROOM : j'ai tout fait sauter, orchestre, public, salle ! Salves ! Saluts à la cantonade ! Fables de... Phoebus. Je suis grizzli dans le blizzard et teddy bear bourru, mais je suis gothique, mais baroque ! 

« BROOOM ! Avec mon orchestre, nous parcourons les campagnes aux chemins détrempés, et nous passons dans notre Moyen-Âge, ainsi qu'une bande d'écorcheurs ; foyers sanglants, flammes rougies aux noirceurs sylvestres. Mystère du blues et des racines. Char intrépide, je réplique avant même l'ouverture des hostilités : l'artillerie, la tendresse sont mes premiers arguments !... Roland Kirk, Eric Dolphy, Byard ou Dannie Richmond seront les suivants !... J'aime les arlequins, les pantins. J'envoie des tirs de mortier, le drapeau blanc à la main ! BROOOOM ! Pluies de grenades, ô ma contrebasse : rugit ! se fait lionne !... Ecoutez-moi, tremblez carcasses (si vous saviez jusqu'où ma musique vous transporte !), je suis la menace et l'ange enragé, ogre noir !... Ouais !... 'Feriez d'vous rentrer ça dans l'crâne ! »

Son histoire, son élégie, ses pleurs, sa colère de phoque abandonné ; écoutez, son histoire, son élégie, ange pêcheur ou Baron repenti ; son histoire élégie, love and glory